Quels sont les types de déchets permettant de produire du biométhane ?

La méthanisation est un processus qui permet de traiter les déchets organiques tout en produisant de l’énergie décarbonée, locale et renouvelable. Cette énergie ainsi obtenue est appelée biogaz, et est principalement constitué de gaz carbonique (CO2) et de méthane.

Après épuration, ce biogaz devient du biométhane qui présente les mêmes propriétés que le gaz naturel.


Injectable dans les réseaux gaziers, il représente une étape clé pour la transition écologique. Les déchets pouvant être valorisés par la méthanisation sont variés et peuvent provenir aussi bien de l’agriculture que de l’industrie. Il peut également s’agir de déchets ménagers ou issus des collectivités (cantines, restaurants d’entreprises…) tels que les épluchures de légumes par exemple.

D’autres procédés en cours d'étude et de développement peuvent également permettre de produire du biométhane à partir de déchets plus difficiles à traiter. C’est par exemple le cas de la pyrogazéification, qui via un  procédé thermochimique transforme en biogaz des matériaux peu ou pas fermentescibles, parfois difficiles à valoriser comme le bois, qu’il soit pollué ou non, les boues d’épuration, les pépins de fruits ou d’autres types de déchets. Une fois épuré et mis aux spécifications, le biométhane de synthèse obtenu peut être injecté dans les réseaux de gaz, en complément du biométhane produit par méthanisation.

Le Power to Gas, quant à lui, permet de valoriser l’électricité produite en excédent par les sources d’énergie renouvelable comme l’éolien ou le solaire, en la transformant en gaz qui pourra ensuite être stocké et réinjecté dans les réseaux, et être utilisé au moment et à l’endroit où il sera utile.

Enfin, à plus long terme, pour valoriser l’électricité renouvelable produite en excédent dans un futur mix énergétique, le Power to Gas est un procédé transforme cette énergie en hydrogène par électrolyse de l’eau. Combiné avec du CO2 capté à la sortie des cheminées d’usines, on obtient un méthane de synthèse qui peut être stocké et réinjecté dans les réseaux gaziers existants pour et être utilisé au moment et à l’endroit où il sera utile.

Selon une étude Ademe, la France serait dans la capacité d’utiliser uniquement du gaz 100% renouvelable d’ici 2050. Étude à retrouver ici.