Du gaz fabriqué 100% localement

Aujourd’hui, on est capable de produire du gaz renouvelable grâce aux effluents d’élevage, résidus de culture, biodéchets ménagers et boues de station d’épuration, et demain à partir de bois. On pourra également produire des gaz de recyclage à partir de déchets divers (plastiques, pneus, …).

Le biométhane de 1ère génération

Savez-vous qu’en recyclant nos déchets organiques il est possible de produire une énergie renouvelable qui peut être injectée et acheminée dans les réseaux gaziers existants puis consommée sans changer ses installations au gaz naturel ? C’est le biométhane. Agriculteurs, industriels ou collectivités peuvent ainsi donner une deuxième vie aux déchets, et être acteurs d’une filière qui s’inscrit pleinement dans l’économie circulaire des territoires.

Au cœur de son secret de fabrication : la méthanisation, un procédé qui permet de dégrader la matière pour la transformer en gaz renouvelable utilisé à la maison, dans les entreprises ou pour faire rouler bus, camions et autres véhicules. Amorcé en 2011, son développement est en plein essor en France avec 38 sites en fonctionnement en septembre 2017 et plus de 300 projets à l’étude.

Réduire nos importations de gaz naturel et développer une économie locale respectueuse de l’environnement, c’est ça le biométhane.

Bientôt, un nouveau type de méthane fabriqué localement à partir de biomasse et de déchets

Une seconde génération de biométhane produit localement est actuellement en cours de développement en France et en Europe. Elle est issue de matériaux peu ou pas fermentescibles, parfois difficiles à valoriser (bois, pollué ou non, boues, pépins de fruits …) . La même filière permet de produire du gaz à partir de déchets divers (bois pollué, plastiques, pneus en fin de vie, boues polluées, déchets d’activité ou ménagers triés et préparés…).

En réduisant sensiblement les émissions de particules et autres polluants, cette nouvelle filière alternative de la combustion classique possède de véritables atouts pour la santé et l’environnement. Elle contribue en outre efficacement au déploiement de l’économie circulaire et de la gestion des déchets dans les territoires (traitement et valorisation, réduction de l’enfouissement…).

En voie d’industrialisation dans les pays voisins, les premiers projets français devraient voir le jour à partir de 2020 et contribuer à répondre aux enjeux de la transition énergétique, aux côtés du biométhane de 1ère génération et des autres gaz innovants.