Le gaz, moteur d’une transition énergétique plus rapide et moins coûteuse

Appliqué à la production d’électricité et à la mobilité, le gaz permet de réduire de manière significative les émissions polluantes, à un coût raisonnable.

Le gaz combine à la fois atouts écologiques et économiques. Prenons l’exemple des centrales électriques fonctionnant au gaz, appelées centrales à cycle combiné : elles proposent un meilleur rendement que les centrales au fioul ou au charbon (30 à 50% supérieur). Elles sont capables de fournir une production fiable en un temps record, tout en diminuant par 2 les émissions de CO2. La puissance d’une centrale à cycle combiné se situe entre 400 et 450 MW, soit l’équivalent d’une demi-tranche nucléaire ou de 100 à 200 éoliennes. Elles se construisent en 3 ou 4 ans seulement.

Une réponse aux enjeux de mobilité durable

Du côté des transports, là encore, le gaz allie performances environnementales et économiques. En réduisant de 15% les rejets de CO2 et jusqu’à 70% de ceux d’oxyde d’azote par rapport au diesel, un poids lourd roulant au GNV (Gaz Naturel Véhicules) est moins polluant. Avec du bioGNV, les rejets de CO2 sont même divisés par 5 et les émissions de particules fines sont pratiquement inexistantes.

Les installations GNV et bioGNV s’appuient sur des installations déjà éprouvées et sont compatibles avec les motorisations automobiles existantes.

Le GNV est un carburant compétitif et représente ainsi une solution concrète qui conjugue atouts environnementaux, économiques et pratiques. En conclusion, une réelle alternative au diesel ou à l’essence.

Une place de choix dans la LTECV

Le gaz, par sa dimension renouvelable et l’ensemble des usages qu’il propose, s’inscrit totalement dans la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte de 2015, et apporte des réponses concrètes aux mesures essentielles qui y sont posées.

La production de biométhane répond en effet parfaitement à l’objectif de développement des énergies renouvelables. Afin d’accélérer le développement de la filière méthanisation, un groupe de travail mis en place début 2018 à l’initiative de Sebastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, a formulé une quinzaine de mesures. (lien : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018.03.26…)

La réduction de la pollution liée au transport passe quant à elle, en partie par le développement du GNV et du bioGNV, carburants alternatifs beaucoup moins polluants que l’essence ou le diesel.

Enfin, le gaz apporte également des réponses en termes de réduction des déchets, grâce à la méthanisation et à la pyrogazéification, qui permettent de valoriser ces dits déchets afin de les transformer en gaz renouvelable.

Qu’il soit question de développement des énergies renouvelables, de mobilité durable ou de réduction des déchets, le gaz apporte des solutions concrètes pour répondre aux enjeux de la transition écologique de manière plus efficace et dès maintenant en France.