GNV : en route vers la nouvelle génération de carburants !

Aujourd’hui, il est urgent de développer des carburants alternatifs à ceux issus du pétrole (diesel et essence). Le Gaz Naturel Véhicule (GNV) et le bioGNV sont une solution d’avenir pour améliorer la qualité de l’air et lutter contre le réchauffement climatique.

Aujourd’hui, il est prioritaire de développer des carburants alternatifs à ceux issus du pétrole (diesel et essence). Le Gaz Naturel Véhicule (GNV) et le bioGNV sont des solutions d’avenir pour améliorer la qualité de l’air et lutter contre le réchauffement climatique.

Le GNV, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit du même gaz que celui utilisé à la maison pour cuisiner ou se chauffer. Sous forme liquide (GNL) ou comprimée (GNC), le GNV offre une solution durable aux problématiques d’amélioration de la qualité de l’air et de réchauffement climatique, en particulier grâce à des faibles niveaux d’émissions oxydes d’azote et de particules fines. L’enjeu est crucial aujourd’hui en France où 19 zones dépassent régulièrement les valeurs limites. Le GNV est une solution immédiate pour lutter contre la mortalité prématurée due à la pollution de l’air.

 

Le GNV en plein essor

Le GNV est plébiscité par les transporteurs routiers, sous l'impulsion des nouvelles réglementations européennes et la mise en place progressive des zones à circulation restreinte dans les centres villes. Le secteur des transports représentent à eux seuls 30% des émissions de CO2 dans l’environnement 1. Face à cet enjeu, la France fait figure de pionnière avec 50% des poids lourds GNV vendus en Europe depuis 2015. Une filière à laquelle participent des acteurs majeurs du transport de marchandises, comme Carrefour, Monoprix, Ikea ou Conforama.

Les collectivités franchissent le pas également : un nouveau bus sur trois fonctionne grâce à cette nouvelle génération de carburant moins polluant. L’Ile-de-France, les Pays de la Loire ou encore la région Provence-Alpes-Côte-D’azur investissent dans cette solution accessible et efficace, qui répond aux enjeux forts de santé publique au sein des territoires.

Du côté des véhicules particuliers, 20 millions de voitures GNV circulent actuellement dans le monde, dont 1,5 million en Europe. En France, le GNV gagne rapidement l’intérêt des professionnels du transport et de la grande distribution. Pour accompagner cette transition, 250 stations publiques verront le jour en France d’ici 2020, selon l’Association Française du GNV.

 

Le bioGNV : un carburant produit localement

En plus d’être plus respectueux de l’environnement, le GNV dispose d’une version 100% renouvelable, encore plus écologique, et qui peut être produite localement dans une logique d’économie circulaire.

Appelé bioGNV, ce carburant est obtenu par la fermentation de déchets organiques grâce au processus de méthanisation. Ainsi, les déchets agricoles, mais aussi les déchets alimentaires issus des collectivités ou encore les boues en provenance des stations d’épuration sont valorisés et transformés en biométhane, gaz qui pourra être directement injecté dans le réseau afin d’approvisionner les stations de distribution de GNV. En effet,100% compatibles avec le bioGNV, l’ensemble de ces installations pourra accueillir et acheminer ce gaz renouvelable sans investissement supplémentaire significatif.


1 En 2014, les émissions de CO2 transport par la route sont évaluées à 126 millions de tonnes, dont 70 Mt pour les véhicules particuliers, 25 Mt pour les utilitaires et 30 Mt pour les véhicules lourds (SOeS - Chiffres clés du transport - édition 2017).