Gaz renouvelables : des atouts environnementaux et climatiques indéniables

Réduction des émissions de gaz à effet de serre, production locale à partir des déchets, usages multiples, capacités de stockage… Les gaz renouvelables, directement injectables dans les réseaux existants, se révèlent être des moteurs puissants de la transition écologique des territoires.

  • Une énergie bas carbone : selon l’ADEME, pour chaque mégawatheure (MWh) de biométhane produit, injecté et consommé, une économie de 0,2 tonnes de CO2 est réalisée par rapport au gaz naturel. Un mix gaz 100 % renouvelable permettrait d’éviter les émissions directes d’environ 63 Mt CO2/an en 2050, ce qui représente un équivalent de 12,6 milliards d’euros pour une valeur tutélaire du carbone de 200 €/t de CO2 en 2050.
  • La valorisation locale de déchets : cette nouvelle génération de gaz est produite localement en économie circulaire, notamment à partir des déchets agricoles et/ou industriels. Sa production offre ainsi de nouvelles perspectives économiques pour les territoires, outre l’impact environnemental majeur dans le retraitement des déchets.
  • Une multiplicité d’usages : consommés sur place (production de chaleur et d’électricité) ou injectés dans les réseaux pour répondre aux usages domestiques et industriels, ou encore être utilisés comme un carburant alternatif au diesel pour les véhicules… Les gaz renouvelables permettent une multiplicité d’usages pour tous les consommateurs.
  • Des capacités de stockage : les gaz renouvelables peuvent être stockés et représentent ainsi un levier supplémentaire utile à l’approvisionnement énergétique des régions et du pays.
  • L’injection dans les réseaux existants, mélangée au gaz naturel : les réseaux peuvent accueillir et acheminer les gaz renouvelables, sans coût d’aménagement supplémentaire significatif et sans altération des infrastructures existantes.