GNV

Le GNV, ou Gaz Naturel pour Véhicules, est un gaz naturel utilisé comme carburant alternatif. Composé à 97% de méthane, il s'agit du même gaz que celui distribué en France sur le réseau, et qui est utilisé pour les usagers domestiques, professionnels et industriels.

Le GNV peut se présenter sous deux formes différentes : sous forme de gaz comprimé (on parle alors de Gaz Naturel Comprimé ou GNC), et sous forme liquide (Gaz Naturel Liquéfié ou GNL).

Plus économique mais aussi plus écologique, il représente une alternative concrète d’éco-mobilité pour remplacer l’essence et le diesel. Aujourd’hui, 20 millions de véhicules roulent au GNV ou au bioGNV dans le monde, dont près de 1,5 million en Europe.

 

Un carburant aux multiples atouts

Le GNV présente de nombreux avantages. Il est tout d’abord plus respectueux de l’environnement. Il permet en effet de réduire les émissions de CO2 jusqu’à 23% par rapport à l’essence, jusqu’à 16% par rapport au diesel pour les poids lourds, et il ne rejette presque aucune particule fine et permet des réductions des dioxydes d’azote de l’ordre de 50% par rapport au diesel.

Le GNV dispose également d’arguments économiques puisqu’il est disponible à un prix compétitif et plus stable que celui des carburants liquides..

En termes d’usage, rouler au gaz est totalement inodore, et très peu bruyant. Enfin, l’usage du GNV permet une très grande autonomie : jusqu’à 500 km pour un véhicule léger, et jusqu’à 1 500 km pour un camion au GNL.

 

Une version renouvelable : le bioGNV

Produit grâce au processus de méthanisation, le bioGNV est issu de déchets issus d’exploitations agricoles, d’ordures ménagères, de boues de stations d’épuration ou encore de déchets de l'industrie agro-alimentaire.

100% renouvelable, le bioGNV est encore plus écologique que le GNV et permet de réduire les émissions de CO2 de 80% par rapport au diesel.
Fortement ancré dans une démarche d’économie circulaire, le bioGNV est la plupart du temps produit de manière locale et œuvre ainsi en faveur du développement économique et de l’autonomie énergétique des territoires.

 

En plein essor, ce carburant nouvelle génération est amené à se développer de manière importante en France, puisque l’on prévoit l’émergence  250 stations publiques et la circulation de 20 000 véhicules à l’horizon 2020.