Groupe de travail "méthanisation" : le développement de la filière au cœur du plan de libération des énergies renouvelables

« La méthanisation est une filière prometteuse qui crée de l’emploi, permet de verdir une partie du gaz que nous consommons et qui stabilise le revenu agricole. » Tels sont les mots de Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

« La méthanisation est une filière prometteuse qui crée de l’emploi, permet de verdir une partie du gaz que nous consommons et qui stabilise le revenu agricole. » Tels sont les mots de Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

C’est donc avec pour objectif de développer cette filière, et dans le cadre de son plan de libération des énergies renouvelables, que le gouvernement a mis en place, le 1er février dernier, un groupe de travail « méthanisation ». Après plusieurs commissions tenues courant février, dont les propositions ont été examinées lors du dernier salon de l’agriculture, le groupe de travail a présenté lundi 26 mars une liste de 15 mesures retenues, qui complètent les dispositifs de soutien mis en place par le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Ces mesures, qui représentent un moyen d’atteindre l’objectif de production de 10% de gaz vert en 2030 fixé par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte de 2015, sont réparties selon trois axes principaux :

Donner aux agriculteurs les moyens de compléter leurs revenus : lancement d’un appel d’offres spécifique pour les projets de méthanisation avec injections atypiques, mise en place d’un complément de rémunération pour les petites installations, ou encore facilitation de l’accès au crédit pour la méthanisation agricole.

Professionnaliser la filière méthanisation, en mettant en place des formations pour l’ensemble des acteurs, en renforçant les démarches de qualité, ou encore en créant un portail national de ressources sur la méthanisation.

Accélérer les projets de méthanisation pour faire baisser les coûts de production et développer une filière française : en simplifiant les réglementations liées, en créant un guichet unique méthanisation pour l’instruction des dossiers réglementaires, ou encore en créant un « droit à l’injection » dès lors que l’installation de méthanisation se situe à proximité d’un réseau existant.

L’intégralité des conclusions du groupe de travail « méthanisation » : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/2018.03.26_DP_Conclusions_methanisation.pdf