Réduction des émissions de gaz à effet de serre, production locale à partir des déchets, usages multiples, capacités de stockage… Les gaz renouvelables, directement injectables dans les réseaux existants, se révèlent être des moteurs puissants de la transition écologique des territoires.

Les infrastructures gazières françaises (réseaux, stockages, ports méthaniers) bénéficient d’une position stratégique en Europe. De plus, le maillage de ces installations gazières sur l’ensemble du territoire permet d’acheminer le gaz vers les consommateurs français avec une grande fiabilité depuis les zones de production situées dans le monde. Progressivement, ces infrastructures existantes accueilleront aussi des productions gazières d’origine renouvelables, produites localement.

La méthanisation est un processus de dégradation de déchets organiques en absence d'oxygène. Elle est mise en œuvre au sein d’infrastructures appelées méthaniseurs, qui permettent d’accélérer et d’entretenir le processus pour produire un gaz renouvelable : le biogaz qui, après épuration, deviendra du biométhane, injectable dans les réseaux gaziers.

À la une cette semaine

Mardi 1er août dernier, la Terre avait déjà épuisé l’ensemble des ressources qu’elle est normalement capable de produire en une année entière.

L’association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF), les Chambres d’Agriculture, le Club Biogaz ATEE, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), France